Vous êtes ici » Actualités Expo

Actualités Expo

 

Rencontre avec les lagopèdes alpins écrit le 03/11/2016

L'automne s'avance vers l'hiver, les premières chutes de neiges ont reconverts les massifs du Mercantour, les parois Nord malgré le redoux sont propices à conserver cette manne blanche immaculée favorable au lagopède alpin.


Le lagopède est habitué à vivre dans le froid glacial de la haute altitude au dessus de 2000 m.


L'automne est la saison des regroupements, mâles et femelles forment des colonies, le mâle est identifiable à la marque noire qui part de l'oeil au bec avec une caroncule rouge au dessus de l'oeil.


Le lagopède bénéficie de trois mues dans l'année du gris ardoise au blanc adapté à l'hiver, il peut ainsi se confondre à son environnement et échapper plus facilement à ses prédateurs. Ce mimétisme le rend particulièrement difficile à repérer pour le photographe, une fois localisé il faut tenter de l'approcher, sa distance de fuite est inférieure à 30 m. Un ou deux oiseaux sera cependant plus facile à approcher qu'un groupe.


Grace à une approche par étape, j'ai pu pour certaines photos réduire cette distance à 15 m. Le boitier doit être réglé en silencieux et on doit éviter le mode rafale. Le lagopède est souvent au sol, il peut voler par petits vols courts, de 30, 50 voire plus de 100 m, si il vole en contrebas et ce généralement pour éviter un danger.







Gipeto raconte n°44. L'envol du jeune Gypaète écrit le 17/06/2016

Dans la revue pédagogique éditée par le Parc National du Mercantour "Gipeto raconte" n°44, est parue une de mes photos du premier envol du jeune Gypaète Aunos au départ de l'aire,il s'agit de la première naissance naturelle dans le Mercantour. Photo prise le 13 août 2015 à 8h59, Aunos s'élance dans les airs pour la première fois.


Andalousie. Séville. Réserve de Donana écrit le 18/03/2016


La réserve de Donana est une vaste zone de dunes de marais et de bois qui borde la méditérranée au Sud de Séville. Les visiteurs ont peu de possibilité hors les trois points d'accés ouverts au public : les centres de la Rocina, d'Acebron et d'acebuche. Des parcours orntiho avec des affuts en toits de chaume raviront cependant les amateurs d'oiseaux, car ils sont nombreux à pouvoir être observés en fonction des saisons.


Un 4ème centre celui de José Antonio Valverde est en plein coeur de réserve et il convient pour s'y rendre d'emprunter les bus 4X4 des compagnies privées qui donnent accés à la partie fermée du Parc moyennant finances environ 28 euros par personnes. Un naturaliste sera toutefois peu attiré par ces formules à touristes, j'ai pour ma part délaissé ces moyens de safari devenus à la mode aujourd'hui ne désirant par être assis plus de trois heures dans une sorte de car, cette visite permettant surtout de voir les différents biotopes et la faune mammifères.


Il faut surtout noter l'accès à la réserve par le village typique Andalou d'El Rocio en bordure d'un étang c'est l'endroit privilégié pour découvrir Donana. Un centre ornitho accueille le public au bord des marais, à l'étage on dispose d'une large terrasse et d'une lunette d'observation. Accés gratuit tout comme les trois centres précités.


Mon avis est partagé sur Donana, il y a beaucoup d'oiseaux certes mais aussi beaucoup de grillages, c'est la vision pénible d'un camp retranché avec ces miradors (tour de guets probablement pour les incendies) les animaux sont peu visibles en zone coeur sauf avec un 4X4 acccrédité. Reste les centres ouverts au public ils sont trés bien équipés heureusement et les observations d'oiseaux très diversifièes. Début mars voici une liste des oiseaux que j'ai pu voir : ibis falcinelles (en quantité), foulques, spatules blanches, busards des roseaux, cigognes, flamants, barges, échasse blanches, canards, pie bleue, cigognes, hupes faciée, héron cendré et garde boeufs, grande aigrette, et garzette etc...

Grorges du Cians écrit le 19/12/2015


Début d'hiver sans neige, gorges du Cians depuis le dôme du Barrot 2136 m d'altitude.

Le jeune Gypaète Aunos effectue ses premiers vols. écrit le 16/08/2015

Un événement dans les Alpes-Maritimes, suivi de prés par tous les amoureux de la nature : la naissance en nature, du premier gypaète, issu de la reproduction réussie, d'un couple de gypaète introduit dans le Parc national du Mercantour. Ce Gypaéton né en mars, s'est élancé endehors de son aire au mois d'août., il témoigne de la réussite des efforts entrepris pour favoriser la réintroduction naturelle de ce majestueux vautour dans nos montagnes.


Jeudi 13août 2015, 8h59, le grand saut. Aunos quitte son aire. (Voir photos sur le site)


Aunos (issu du nom d'un sommet de Haute Tinée), le nouveau premier né en nature dans les Alpes-Maritimes du couple de gypaètes ROCCA et GIRASOLE, commence son apprentissage. Son vol unique ajoutera à n'en pas douter de la beauté sauvage à la contemplation des Alpes.


Fin d'année avec le Cincle plongeur écrit le 27/12/2014

Le Cincle plongeur est un oiseau sédentaire qui vit dans les torrents de montagne il ne quitte généralement pas son site de reproduction sauf en cas de grand froid où il peut être amené à descendre plus bas en vallée, il niche prés des berges, c'est un sujet photographique intéressant mais difficile sur un plan technique, car la rivière peut présenter de violents contraste en cas de soleil, une forte sous-exposition est généralement nécessaire, on préférera les journées sans soleil pour ne pas "griller les blancs" mais on sera alors confronté à l'absence de lumière et à la difficulté d'avoir des vitesses élevées pour arrêter des scènes d'action de pêche. Le cingle est spectaculaire à voir, il plonge sous l'eau pour se nourrir de petits poissons ou crustacés, son apnée peut durée 15 secondes, préalablement au plongeon il peut adopter un mouvement de balancier caractéristique, lorsqu'il chasse sous l'eau ses pattes griffées lui permettent de marcher sur le fond, il vole également sous l'eau pour se déplacer.


L'oiseau est de la taille d'un merle on lui donne aussi le nom de "Merle d'eau" mais personnellement je le touve bien plus beau qu'un merle commun avec son plastron blanc et son plumage marron foncé, il est surtout plus intéressant à voir évoluer notamment en pêche, généralement c'est un petit périmètre propice à la photo. Il survole son territoire au ras de l'eau.


La séance photo est faite à l'affut tente sur une berge du torrent, j'ai eu quelques passages et posés sur des rochers face à l'affut mais il faut se montrer patient : 4 heures d'affut pour avoir quelques clichés inéressants, j'ai finit par plier pour cause de froid, 1 petit degré seulement à 15 heures, mais le cincle est passionnant pour passer une fin décembre dans le lit d'un torrent !


L'hiver en approche rencontre avec les bouquetins écrit le 30/11/2014

Sortie avec l'ami Robert dans le Mercantour pour une rando plaisir avec un équipement léger, une paire de jumelle indispensable et juste un 80/400 mm, montée jusqu'à 2000 m avec rencontre de bouquetins et chamois, un peu de pluies parfois chargée de grésil, une rando agréable tonique mais pas froide avec de belles ambiances comme je les aime en cette saison.

Rut du chamois écrit le 09/11/2014

Le rut du chamois à débuté dans le Mercantour. C'est l'occasion d'un beau spectacle de courses poursuites, dans la poudreuse, de ces animaux peu farouches, surtout quand on a la chance en ce début novembre, d'avoir les premières neiges, dans les massifs du Mercantour.



Exposition photo faune du mercantour à Belvédère écrit le 25/10/2014

Le village de Belvédère, sur la route de la vallée de la Gordolasque, accueille mon exposition "Faune du Mercantour" pour la saison automne/Hiver 2015. La mairie à mis à ma disposition, une salle en face de l'office du Tourisme, cet espace, m'a permis déjà d'accueilir de nombreux visiteurs lors de la fête du retour des bergers, ouvert en semaine de 9h à 12h et de 14h à 17h et le samedi de 9h à 12h, sauf le lundi et dimanche.


Ce village de la Vésubie a accueilli en outre du 20 au 26 octobre 2014, le tournage de la série "Section de recherches" diffusée par TF1, le 97ème épisode intitulé "Les loups" a été tourné au village et dans les environs jusque dans la vallée de la Gordolasque. La production a utilisé mes photos de faune pour tourner des scènes dans la salle de la Mairie. Cet épisode passera fin février début mars 2015. A ne pas manquer donc pour retrouver avec plaisir le village de Belvèdère, apercevoir quelques-unes de mes photos et découvrir une intrigue mettant en scène les loups du Mercantour.

Brame du cerf 2014 écrit le 12/10/2014

Un brame assez timide cette année dans nos montagnes du Sud, la chaleur anormale de cet automne est probablement en cause, j'ai constaté avec d'autres observateurs qu'il y avait moins d'activité sur les places, du moins aux horaires diurnes, l'an dernier il a fait plus froid et les cerfs s'étaient montrés plus actifs de jour. (+12 degrés d'écart le matin à 6h cette année). Les cerfs étaient cependant en nombre au rendez-vous dans les Alpes-Maritimes.


J'ai effectué plusieurs séances de prises de vues, le matin et le soir, pour alterner les lumières et les ambiances en changeant la position de mes affuts, en fonction des passages. Les lumières sont souvent difficiles car c'est l'animal qui commande, j''apprécie dans ces occasions, d'avoir un reflex comme le D4S, qui permet de faire des photos dans la quasi pénombre, avec l'mpression surprenante, qu'il met de la lumière, là où il n'y a n'a pas. Dans ce type de séances photos le matériel est amené aux limites. Le cerf de montagne est un sujet magnifique, classique, mais qui pemet à chacun, d'exprimer sa vision personnelle de l'animal.



Août. Hermine d'été écrit le 03/09/2014

L'été l'hermine est très active on a plus de chance de la voir le matin de 8 heures à 11 heures et le soir de 17 heures à 20 heures, elle se nourrit de micro-mammifères. Il faut cependant beaucoup de patience au photographe pour parvenir à la prendre en photo.


Texel ile des waddden. Mer du Nord. Hollande écrit le 07/08/2014

Pour changer des montagnes et de la faune des Alpes, je suis parti sur les conseils d'amis visiter l'ile de Texel en Hollande, un site réputé pour l'ornithologie en raison de la diversité des espèces que l'on y observe. L'ile fourmille d'oiseaux, je n'en ferai pas la liste laissant ce soin aux spécialistes qui l'on fait avant moi, mais je conseillerai aux photographes désireux de s'y rendre de ne pas lacher leur appareil photo car les occasions sont nombreuses de faire des clichés avec souvent la proximité qui nous manque en France. Ainsi une des rares fois ou je suis sorti faire du vélo sans mon reflex et son télé, un rapace à traversé la route devant moi pour aller se poser en bordure d'un petit étang à proximité de mon vélo, après en être descendu pour aller vérifier l'espèce, un hiboux moyen duc se trouva en face de moi à 5/6 m, se laissant observer sans peur, dépité, je ne pu que sortir mon mobile pour faire une photo document bien loin de mes standarts habituels. J'ai enragé une bonne partie de la journée avec à l'esprit les deux yeux magnifiques de mon hiboux qui a posé de longues minutes avant de disparaitre dans les hautes herbes, ne s'envolant même pas.



Voilà pour l'anecdote assez révèlatrice de Texel, ile idéale pour les amoureux de nature et d'oiseaux. J'ai fini ce périple hollandais par le Flevoland un espace naturel qui offre également une faune variée avec notamment beaucoup de cerfs biches chevreuil et rapaces. Ci dessous la baie de slufter un des plus beaux site de Texel.




Juillet. Début d'été les jeunes bouquetins profitent des alpages. écrit le 05/07/2014

En ce début d'été les jeunes bouquetins gambadent dans les alpages verdoyant, les étagnes ne sont jamais très loin de leurs jeunes, les mâles vivent entre eux séparés du reste de la harde qu'ils rejoindront en fin d'automne au moment du rut. Les faces nords sont encore couvertes de névés, les bouquetins sont donc trés facilement accessibles sur les plateaux herbeux. Je suis monté "léger" pour cette série détente (zoom 80/400 mm VR). Une belle journée radieuse et vivifiante. Les bouquetins sont descendus au lac à peine libéré des glaces.


Juin le gypaète longe les falaises parfois très tôt le matin entre ombre et lumière.. écrit le 23/06/2014

Mai les Guêpiers sont arrivés écrit le 07/06/2014

Les guêpiers arrivent en europe en provenance d'afrique aux premières chaleurs dans le courant du mois de mai, c'est un oiseau photogénique, si il est facile à photographier sur ses perchoirs habituels il n'en est pas de même en vol, car sa tajectoire irrégulière et sa vitesse demandent beaucoup de dextérité au photographe. Il affectionne les talus de sable en bordure de rivière, où il niche dans des trous. Il consomme toutes sortes d'insectes, mouches, guêpes, frelons, libellules, après ses repas il recrache à intervalles réguliers des pelottes de réjection.


Mai. Parade nuptiale des Tétras Lyres écrit le 10/05/2014

Chaque printemps au début du mois de mai, la parade nuptiale du Tétras Lyre nous offre un des plus beaux spectacle de la nature. Mais ce type de photos se méritent. Les images demandent beaucoup d'investissements, tout d'abord un repérage rigoureux, pour bien placer son affut, puis la montée dans des pentes souvent enneigées et parfois verglacées (prévoir des crampons) avec le poids de tout le matériel photo et la tente. Deux possibilités d'approche pour faire une séance tétras : la nuit sur place dans un trou de neige ou l'on aura placé sa tente, ou la montée dans la nuit pour être sur place vers 4 heures du matin, dans les deux cas l'on n'évitera pas les efforts et le froid. Vers 5h30 les premiers chants et aux alentours de 6 heures du matin, la récompense des parades de Tétras. Quel spectacle ! 4h30 d'affut, les pieds dans la neige, la séance se termine aux alentours de 9h, mais au bout un souvenir inoubliable.




Mars. Vautour fauve un grand planeur. écrit le 08/05/2014

Février les aigles ont faim écrit le 01/03/2014

La brume s'élève dans les courants ascendants le long des parois rocheuses, je surveille en contrebas une dépouille prise dans un couloir d'avalanche, ce couple d'aigles alerté par les corbeaux, a cerclé un moment, un aigle s'est posé, je ne peux espérer une descente des aigles sur la carcasse, car je ne suis pas caché, mais nul doute qu'après mon départ, les rapaces soumis à la disette, descendront se repaître sur cette victime de l'hiver.

Bouquetins en hiver Mercantour écrit le 04/01/2014

L'hiver s'est enfin installé dans le Mercantour, les bouquetins sont avec les jeunes éterlous et éterles, (jeune mâle et femelle). Pendant le rut ils vivent en harde, sur les versants verglacés, leur adaptation aux conditions sévères de la haute montagne, est toujours matière à étonnement et admiration pour l'homme civilisé. Ici sur ces hauteurs hostiles il ne nous est permis qu'une approche éphémère, nous ressentons toute notre fragilité, humble nous réalisons que le bouquetin est bien le roi de la montagne.


Décembre écrit le 01/01/2014

L'Hiver les rapaces sédentaires s'observent plus facilement, la buse variable se rencontre pratiquement dans tous les milieux, elle est trés répandue en montagne comme en plaine.


L'hiver enfin ! écrit le 21/11/2013

L'hiver est enfin là, la nature a besoin de la respiration des saisons, elle a surtout besoin que l'homme se retire, pendant de longs mois des espaces qu'il occupe de plus en plus loin en montagne, jusqu'aux premières neiges. Notre territoire est restreint et de plus en plus contraint par l'activité humaine, l'extension du pastoralisme, est un fléau pour la faune sauvage, le nombre croissant des troupeaux et la quantité des ovins présents sur les Alpages parfois trés haut en altitude, rend la cohabitation avec les animaux sauvages difficile.


Rut du chamois écrit le 15/11/2013

Je progressais sur une crête balayée de brumes, sur les versants en contrebas j'entendais, le sifflement des chamois qui couraient derrière les femelles, ce mâle m'est apparu soudain face à moi juste le temps de la photo.


Rut du mouflon écrit le 15/11/2013

Les mouflons se coursent sur les crêtes ensoleillées d'une fin de journée automnale. Ce mâle s'est isolé de la harde avec trois femelles; bondissant de l'une à l'autre.

Première neige écrit le 04/11/2013

Première neige sur le sommet de la Bonette. Les derniers troupeaux quittent l'alpage, des chutent de neige plus abondantes sont attendues pour lundi 5 novembre vers 1800 m d'altitude. Les arbres roussis par l'automne se pareront bientôt de leur manteau d'hiver. Je réalise ce panorama de 4 images le matin avant qu'un vent glacé et violent chargé de grésil rende impossible toutes prises de vues sur pied.



L'automne s'achève sur le territoire du renard. écrit le 27/10/2013

Mercantour 1900 m d'altitude le renard des montagnes profite de la douceur de la lumière automnale bientôt les premières neiges recouvriront les massifs, en attendant l'été se prolonge, il fait exceptionnellement doux dans les Alpes du Sud, la faune est encore haute en altitude.


Une journée de brame. écrit le 28/09/2013

6h30, j'arpente déjà une crête herbeuse, dans le faisceau de ma frontale, les cimes alentours s'irisent peu à peu d'un bleu moins profond que la nuit, bientôt le jour se lèvera avec l'espoir d'être au coeur du brame des cerfs, spectacle palpitant de la nature, repété chaque année. Je m'avance maintenant dans la forêt, il fait doux, j'éteins ma lampe au débouché d'un petit col, la forêt résonne comme autant d'échos de brame qui se répondent. J'avais reperé ma place d'affut la semaine dernière. Des biches et quelques daguets s'échauffaient déjà les bois sur la place, mais c'était encore tardif et timide. Je me rend maintenant directement à l' affut, et attends le lever du soleil. La matinée me gratifiera du passage d'un jeune mâle avec son harem de trois biches. 10 heures au poste d'affut, les photos seront à ce prix, mais quand on aime...Le soir c'est un festival, parfois chaud : devant, derrière, proche, trop quelques fois au point, où l'on se sent tout petit, face à l'idée d'une possible charge impromptue. Le brame impressionnant vous transperce, je ne me suis pas fait repérer, seul parfois le bruit du déclencheur dérange, je déclenche autant que possible dans le brame et bien sur, au vue par vue, satané boitier qui freine mes déclenchements... Pas de combat ce soir, du moins en ma présence, il faut dire que le Maître de place 12 cors en impose, les prétendants resteront à distance s'intimidant par la voix. 19h30 : rideau, j''ai mes photos, je me retire discrètement sans déranger. Frontale et retour, images dans la boite et dans la tête...


Septembre. Le brame commence écrit le 24/09/2013




Le brame vient de commencer timidement dans les Alpes-Maritimes aux alentours du 20 septembres. Les biches investissent les places en premieres, elles sont à l'affut du moindre bruit, ce sont elles qui donneront l'alerte en cas de danger, puis si la place est libre, les mâles rentreront en scène. La photo de cerfs est une excellente école pour le photographe animalier, se placer à l'affut sans se faire repérer est trés diffcile, la moindre erreur et c'est la fuite. La photo ci-dessus est faite le matin, lors d'une séance de repérage. Le soir, les mâles étaient là, se défiant déjà au crépuscule.

Août écrit le 16/08/2013

La chaleur est peu propice à l'observation de la faune en journée, chamois, bouquetins et autres ongulés ne quittent pas les cimes ou les sous-bois, afin de profiter du maximum de fraîcheur, l'occasion pour le photographe de revisiter les randonnées classiques du Mercantour en attendant l'automne, ici le site des lacs de Vens considéré comme un des plus beaux du Parc, surtout quand on le découvre d'en haut en venant du col de la croix de fer (2500 m) à partir du hameau du Pra.


Juillet. écrit le 25/07/2013

Ténao Gypaète barbu juvénile mâle en apprentissage de vol.


Le Parc National du Mercantour mène tous les deux ans des actions de réintroduction du gypaète barbu.


Ce grand rapace de plus de 2,80 m d'envergure se nourrit essentiellement d'os. Ce fut un vrai plaisir de voir évoluer ce jeune, qui passa par moment au dessus de ma tête.



Mai écrit le 01/07/2013

Passage du soir. Derniers rayons de soleil, je suis allongé en surplomb du torrent sur un talus herbeux, les biches ne m'ont pas vu, elles traversent le cours d'eau dans l'ombre du sous bois.


Face à face. écrit le 06/06/2013

Mercantour printemps 2200 m, l'enneigement est encore important à cette altitude, les marmottes sortent de leurs trous, dans la neige elles sont plus vulnérables, le renard est à l'affut mais son approche a été repérée.


AVRIL. Les femelles mouflons ont mis bas. Les nouveaux nés affrontent les dangers de la montagne, il faut désormais survivre à l'aigle dans le ciel et aux attaques de loup. écrit le 18/04/2013

AVRIL. Le maître du vent attend la naissance des aiglons, deux mois de couvaison depuis mars, puis ils seront là et il faudra chasser inlassablement pour les nourrir. écrit le 18/04/2013

Début avril. Cerfs sans les bois. Au début du printemps les mâles perdent leurs bois. Les bois se pareront de velours à la repousse. écrit le 17/04/2013

Mars 2013. Le roi en son royaume. écrit le 03/04/2013

Mercantour fin d'hiver. Le gypaëte parcours inlassablement son territoire de chasse à recherche de cadavres d'animaux et d'os nécessaires à son alimentation, il prospecte les pierriers et couloirs d'avalanche où il a plus de chances de trouver les victimes de l'hiver. J'ai droit à deux passages, le deuxième est pour moi.



Hiver 2013 écrit le 02/04/2013

L'hiver joue les prolongations dans le mercantour. Les animaux sauvages sont soumis à rude épreuve, les chevreuils s'observent à découvert en journée.



Exposition photos écrit le 17/11/2012

Aprés Nice et Roquebilière, l'exposition photos faune du mercantour continue à l'Office du Tourisme du trés beau village de montagne de Saint-Dalmas le Selvage, fief de la randonnée à pied ou à ski, le site est également un haut lieu de la faune caractérisitque du mercantour. L'occasion d'aller à la rencontre des passionnés de montagne avec de nouvelles photos.




L'exposition faune sauvage du Mercantour, continue à la maison du Département de Roquebilière jusqu'au 15 novembre 2012. http://www4.i-services.net/pdf/membres/newsbox/2012-09/doc_1347612190_157.pdf

Faune sauvage du Mercantour écrit le 31/08/2012

Exposition photos du 16 juillet au 31 août 2012. A la maison du département et de la montagne, 6 avenue des phocéens (angle promenade des anglais) 06000 Nice.



Chasse photographique. Photos animalières. écrit le 13/11/2011

La nature impose sa loi, le photographe doit s'y adapter c'est tout le plaisir de la photo animalière en toutes saisons par tous les temps, il faut être au rendez-vous de la faune sauvage, le résultat est souvent aléatoire, mais quel plaisir de poursuivre cette quête d'images.

Roure le fil du temps écrit le 00/00/0000

Décembre 2010 : "Roure le fil du temps" édition d'un livre photo, sur un village typique des Alpes-Maritimes, aux portes du parc national du mercantour, traversé par le fameux sentier GR5, Roure est chargé d'histoire, vestige médieval, superbe panorama sur la vallée, pastoralisme, faune sauvage, tout se conjugue pour le plaisir du visiteur.



Commande accessible sur blurb.fr, lien ci-dessous avec une démo de présentation du livre. Prix : 34,95 euros


http://www.blurb.fr/books/1980108


écrit le 00/00/0000

\"\"

rn

Le gypaète inspecte son territoire